Le forum des passionnés de la pêche de la Truite et des carnassiers
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Pêche à la longue coulée.

Aller en bas 
AuteurMessage
KIM DU 22
Professeur du forum
Professeur du forum
KIM DU 22

Nombre de messages : 8685
Age : 69
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 04/07/2007

Pêche à la longue coulée. Empty
MessageSujet: Pêche à la longue coulée.   Pêche à la longue coulée. EmptyVen 10 Juil 2009 - 2:14

ujet: Pêche à la longue coulée. Aujourd'hui à 9:05 Répondre en citant Editer/Supprimer ce message Supprimer ce message
Bonjour à vous Wink flower

*A la longue coulée au "tout-venant".

Qu'est-ce que la pêche au "tout-venant" ?

En fait, c'est une pêche que l'on pratique sans préférence absolue quant à l'espèce des captures, en se contentant de prendre ce qui accepte l'esche offerte.
La longue coulée, consiste à laisser filer un flotteur en aval, au gré du courant, en donnant du fil, 20, 30 m ou plus encore.
Cette méthode permet de leurrer des poissons méfiants, ou bien de pêcher des coups qui seraient inaccessible par les méthodes classiques.
La longue coulée au "tout-venant" est une technique estivale, que l'on peut mettre en oeuvre à peu près dans toutes les rivières où l'on peut marcher dans l'eau sans risques et qui présentent une variété suffisante de coups, alternant courants et calmes profonds et plages, etc...

A quels poissons s'adresse cette méthode ? On pourrait dire tous, mais certaines espèces sont plus fréquemment capturés: ce sont les beaux gardons, les goujons, les vandoises, les chevesnes de toutes tailles, les barbeaux et même les truites, si la rivière en contient !
Oui mais, nous direz-vous est-il possible de toucher tout cela avec le même matériel ? En fait oui, ou presque; dans cette pêche ou l'on se déplace beaucoup, il faut s'encombrer au minimum , et au cours d'une même séance, peu de choses seront changées.

Le matériel de base se composera d'une canne anglaise à anneaux surélevés, d'un petit moulinet à tambour fixe rempli de 14/100; panier épuisette obligatoire , waders ou maillot de bain, selon la température de l'eau!

Dans une boîte tenant facilement dans une poche ou fixée sur le côté du panier, mettre: trois ou quatre flotteurs très visibles, tenant bien dans les courants, supportant 1 g environ (pour les coins vraiment tourmentés, un toulousin de petite taille est excellent), quelques pochettes d'hameçons montés N° 14 à 18, une boîte de cendrées de plusieurs tailles.
Voici pour le matériel.
Les esches compte tenu de la variété des clients potentiels, peuvent être très diverses; emportez des asticots, quelques vers de terreau; porte-bois
et patraques seront récoltés sur place, si la rivière en contient.

*L'action de pêche.

Imaginons, par une journée de juillet Wink un radier rapide et praticable en wading, s'assagissant peu à peu pour former un courant régulier, d'une profondeur de 1 m à 1,50; en se plaçant en plein dans le radier, juste au-dessus du "trou", il est possible d'effectuer une coulée de quelques 30 mètre.
Commençons à tout hasard avec deux asticots piqués sur un N° 16, fixé sur 12/100.
Le fond est réglé à 1 m; le flotteur descend le courant, qui devient de plus en plus lent à 20 m de là; aucune touche à la première coulée: augmentons le fond de quelques 20 cm; l'antenne danse dans les vaguelettes, puis soudain plonge vivement: ferrage à vide.
Autre essai, la touche se renouvelle un peu plus loin: ce n'est qu'une vandoise de taille modeste, qui est suivie de quelques autres, peu de temps après.
Des éclairs cuivrés se produisent en biais aval, un peu à l'écart du courant central; seraient-ce des barbeaux ?
Faisons une coulée avec toujours deux asticots; cette esche les laisse indifférents, pourtant ils semblent gratter les galets; ils sont même assez nombreux, apparemment.
Une pierre soulevées dans le radier rapporte une dizaine de porte-bois, jaunes et dodu.
Un seul porte-bois est esché sur le N° 16; la ligne est réglée pour traîner
un peu sur le fond; un jet quelques mètres en amont des éclairs, et le flotteur descend, légèrement freiné par l'index sur le bord de la bobine/
toujours rien, puis un peu plus en aval, quelques tocs presque imperceptibles, et la ligne semble accrochée tant la plongée du flotteur est
régulière; ferrons quand même et... la bobine du moulinet crisse sous la pression d'un poisson lourd et puissant; quelques minutes plus tard, un barbillon d'une livre et demie gigote dans l'épuisette.
Un second de 250 g succombe à l'attrait d'un autre porte-bois, puis le coin semble déserté.
Plus en aval, là ou l'eau devient calme, des gobages lents se produisent: des chevesnes moucheronnent, sortant nonchalamment leur dorsale et leur caudale avant de replonger discrètement.
Une des petites sauterelles vertes ramassées tout à l'heure dans un pré est juste piquée en arrière de la tête, gardant toute sa vivacité; le flotteur est descendu au maximum, à 30 cm à peine de l'hameçon.
L'esche arrive peu à peu dans la zone des gobages, en est bientôt entourée; le flotteur amorce tout à coup une glissade latérale, et plonge:
ferrage, quelques coups de tête, décroché !
L'hameçon de 16 est trop petit pour cette esche; changeons -le pour un 14
forgé.
Les chevesnes n'ont pas été effrayés, et leur manège recommence; au bout de deux coulées, nouvelles touche plus lente que la précédente un rush violent succède au ferrage, puis, après un temps assez bref, une silhouette grise aux nageoires orangées apparaît, en travers aval, se laissant venir en douceur jusqu'à l'épuisette: c'est un chevesne de près de
800 g.
Deux autres lui succèderont, délicatement remis à l'eau.
Plus loin, dans une coulée lente le long d'un arbre mort, trois perches de 100 à 150 g seront victimes d'un ver de terreau frétillant présenté au ras du fond.
Le soleil est maintenant au zénith, et les galets se voient nettement dans l'eau claire; d'ailleurs, entre quelques rochers un peu plus importants des poissons modestes tournent sur le fond, semblables aux barbillons de ce matin: montons un N° 18, un asticot, et, dès la première coulée un beau goujon sombre est pris; huit autres seront ferrés, et rejoindront vandoises, barbillons, etc, dans le panier préalablement garni d'orties, qui maintiendront captures fraîches jusqu'au retour.

PS: Alors, cette méthode n'est-elle pas tentante ?
Pour un pêcheur qui désire s'amuser, pêcher tout en découvrant sans cesse de nouveaux coups, s'adaptant à des conditions toujours changeantes.

Voilà, je vous ai mis cette technique, pour vous tous (expérimentés et surtout débutants, qui auront le plaisir pendant leurs vacances de pouvoir
pêcher et de prendre quelques poissons, ne pas oublier non plus dame truite.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cavath
Modérateur Caviste
Modérateur Caviste
cavath

Masculin Nombre de messages : 17772
Age : 51
Localisation : hagetmau (landes)
Date d'inscription : 17/06/2007


Bateau/Barque: Non
Specialité de peche: mort manié , apprentis pêcheur truite !

Pêche à la longue coulée. Empty
MessageSujet: Re: Pêche à la longue coulée.   Pêche à la longue coulée. EmptyVen 10 Juil 2009 - 4:48

Pêche à la longue coulée. 276940503 heureux de relire tes reportage !

kim la science est de retour !! Pêche à la longue coulée. 276940503

_________________
Pêche à la longue coulée. Peche010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pêche à la longue coulée.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la peche a la bolognaise
» Le combat liechtenaurien à partir de l'étude de l'épée longue et du Ms.3227a.
» Sortie longue trail fun
» Chambre à air à valve longue...
» Trottinette / longue randonnée / allure.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Truite et les Carnassiers :: Les techniques de pêche :: Les techniques de pêche diverses... :: Les techniques de pêche au coup-
Sauter vers: